Rosemonde Gérard, 1856-1953, qui fut l'épouse de Jean Rostand, écrivit ce charmant petit poème pour célébrer notre  "poétesse". (Ce terme, employé pour désigner une femme poète, est attesté et défendu par George Sand,  à propos précisément, d'Amable Tastu.)  

 

Ayant d'une tendresse étrange

Et qui vient peut-être de loin,

Fidèlement aimé des anges

Dont l'âme humaine a tant besoin,

 

Comment donc serais-je capable

De résister à la vertu

De cette poétesse aimable

Qui se nomme Amable Tastu ?

 

Non seulement on nous assure

Que vers neuf ans - presque un bébé ! -

Elle commença ses lectures

Par l'Homère de Bitaubé ;

 

Non seulement son front de nacre,

Qui pâlissait sur tant de vers,

Abrita "Les Oiseaux du Sacre"

Qui volèrent sur l'univers ;

 

Non seulement son âme neuve

N'épuisa jamais sa clarté ;

Et non seulement Sainte-Beuve

Désira la complimenter,

 

Mais c'est elle, certain Dimanche

Qui composa pour notre bien,

La cantilène bleue et blanche

Qui s'appelle L'Ange gardien.

 

Dans tous les Trésors Poétiques

On voit ce poème charmant

Mêlant sa petite musique

A de grands accompagnements.

 

Près de Musset, de La Fontaine,

De Lamartine et de Hugo,

Il est là, respirant à peine,

Entre le Chêne et le Roseau...

 

Et ma mémoire la première

Avait retenu son frisson,

Car c'était presque une prière

Et c'était presque une chanson !