Ce fut une journée enrichissante que celle passée récemment à Palaiseau, à la rencontre de quelques personnes, membres des  "Amis d’Amable Tastu ». Fins connaisseurs de la vie d’Amable en cette ville, elles s’intéressent de près à la vie de l’association et lui apportent un soutien précieux.

Mais revenons à la vie de celle qui, durant quatorze années, vécut  dans ce village de maraîchers situé à près de 20 km de la capitale, où les champs de fraises s’étendent à perte de vue.

 Avec  son fils Eugène, elle emménage à la fin de l’été 1871.  Tous deux s’installent  dans la jolie maison récemment acquise, rue de Paris,  et y mènent une vie harmonieuse et intelligente. Eugène fait la lecture à sa mère, presque aveugle,  et ils échangent leurs avis, leurs critiques sans toutefois se replier sur le passé. Seuls quelques intimes ont le privilège de partager ce havre de paix. Camille Saint Saëns, qu’Amable a vu grandir, se rend parfois à Palaiseau entre deux concerts. Et Amable continue à se montrer disponible aux jeunes auteurs auxquels elle prodigue ses conseils. Elle aime partager,  non seulement ses goûts et connaissances littéraires,  mais également gastronomiques, donnant  volontiers sa recette de charlotte à l’anglaise à ceux qui ont le privilège de la goûter. Toujours cette femme par son esprit et sa générosité suscite respect et admiration.

Après ces années de retraite paisible, elle s’éteint  à Palaiseau le 11 janvier 1885 à l’âge de 90 ans.

Bien après sa mort, quelques personnes vivant  dans cette ville  s’intéressèrent à  la vie et à l’œuvre de celle  dont  la notoriété fut grande dans les milieux littéraires du 19e siècle mais qui,  peu à peu, tomba dans l'oubli.

Ainsi, en 1995, la Société d’Histoire de Palaiseau  édita la biographie de Catherine Poussard-Joly  intitulé « Madame Tastu ou la Muse oubliée ». Dans son ouvrage, l'auteure réserve une large place à la vie de Madame Tastu à Palaiseau.

Le joli Musée du Hurepoix, quant à lui,  a réservé  une place non négligeable à Mme Tastu, bien présente, à côté de sa contemporaine George Sand qui résida, elle aussi à Palaiseau, durant les années 1864 à 1867.

Et  il me faut citer, Madame Marie-Josèphe Henry, cette dame de Palaiseau, âgée de 90 ans qui, durant son existence, collecta un grand nombre d’ouvrages, rares et précieux, écrits par Madame Tastu .

Aujourd’hui, Madame Henry se dit très heureuse de faire don de ces merveilleux ouvrages à notre association.

 Qu’au nom des Amis d’Amable Tastu, elle en soit vivement remerciée !