Journal des débats politiques et littéraires, dimanche soir 8 octobre 1893 
M. Eugène Tastu, dont nous avons annoncé la mort dans notre édition blanche de ce matin, était le fils de Madame Amable Tastu qui, pendant 
la Restauration et le gouvernement de Juillet, a été une des femmes poètes les plus célèbres.
Son nom est inséparable de celui de sa mère qu'il a perdue seulement au commencement de l'année 1885 à l'âge de quatre-vingt-neuf ans. 
Madame Tastu, qui, avec les produits de sa plume, avait pu élever ce fils et en faire non seulement un ministre plénipotentiaire, mais un homme distingué et d'un caractère honorable entre tous, est le symbole de l'amour maternel.
Elle a laissé un volume de poésies inédites qui la classeront certainement parmi les poètes du siècle qui se rapprochent le plus de Lamartine; elle a conservé, jusqu'à la veille de sa mort, une fraîcheur d'imagination incomparable.
M. Eugène Tastu était lui aussi poète, mais, à cause du souvenir de sa mère, il n'a jamais voulu rien publier de lui.
Rappelons rapidement les principales étapes de sa carrière. Il est né en 1817. D'abord chargé tout jeune encore d'une enquête sur les assassinats de Damas au moment où il gérait le consulat de Syra, M. Tastu a été successivement Consul à Carthagène, en 1843/44, où il a été nommé chevalier de la Légion-d'Honneur. Les négociants français établis à Carthagène lui ont, dans le même temps voté une médaille d'argent comme un témoignage de leur reconnaissance pour les services quil a rendu à ses nationaux pendant les troubles dont la Péninsule a été le théâtre. En 1844/45,
 Consul à Saint Sébastien dans les débuts de la crise internationale qui sera appelée celle des "mariages espagnols" ceux de la Reine Isabelle et de sa soeur. Puis, Consul à Larnaca (Chypre) avec la gérance de Jérusalem, Consul à Jassy en 54/55 avec la gérance du consulat de Bucarest pendant la guerre de Crimée, Consul à Bagdad de 1855 à 1859 et en dernier lieu à Alexandrie, où pendant les travaux de l'isthme de Suez il a été chargé d'affaires et ministre plénipotentiaire. 
M. Tastu vivait très retiré à Palaiseau où nous avons joui de son intimité pendant de longues années. P. DE C.