Elise Voïart, perdue et retrouvée

La découverte d'Elise Voïart par Cécile Boulaire est une trouvaille précieuse. Dans son étude de la " Bibliothèque des Petits Enfants ", collection créée par Mame en 1845, Cécile Boulaire a mis en avant la figure de cet écrivain pour enfants oublié aujourd'hui, mais dont les récits témoignent d'un réel talent de plume tout autant que d'une attention précise portée sur le monde des plus petits, sur leurs habitudes quotidiennes, sur leurs capacités de lecteurs débutants.

http://mameetfils.hypotheses.org

 

  Elise Voïart, Nancy, 1786

                              à partir d'un texte de Mathilde Lévêque 

 Elise Petit-Pain arrive à Paris vers l’âge de 20 ans pour faire partie des dames de compagnie de l’impératrice Joséphine. Ce projet échoue et elle rencontre alors Jacques-Philippe Voíart, un veuf de trente ans son aîné, père de deux (?) jeunes enfants ; ils se marient en 1806.

Rapidement, en raison de la santé fragile de la petite Amable, fille de Voïart, la famille décide de s’installer à la campagne, non loin de Paris, à Choisy-le-Roi, dans une belle propriété, au 4, rue des Vertus où ils vivront de 1811 à 1842.  

Cette « retraite » devient bientôt une sorte de salon intellectuel et artistique ; Jacques Voïart peint, Elise écrit et traduit, Amable fait des vers, Béranger, David d’Angers, entre autres, font partie de leur cercle d’amis. (...) C'est là qu'est mort, entouré de la famille Voïart, en juin 1836, le grand homme de Choisy, Rouget de l’Isle.